Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 10:00

Régis Cousin, président de la FFMI, Fédération Française des Métiers de l’Incendie s’exprime sur « la prévention incendie, une activité de sécurité ? », dans le cadre du premier forum prospectif de l'ANASP Alliance nationale des activités privées de sécurité "http://www.anaps-securite.org ":  voir son intervention ici: http://www.83-629.fr/article-la-prevention-incendie-une-activite-de-securite-privee-position-de-la-ffmi-121334582.html

 

 

Et il était clairement "Pour" considérer que la prévention incendie était bien une activité de sécurité privée.

 

Mais le 27 février 2014, la FFMI change radicalement de position via un communiqué de presse: pourquoi ?

Selon la nouvelle position de la FFMI, pour eux, la sécurité privée risque de "contaminer" le secteur noble de la sécurité incendie par la diffusion de "mauvaises pratique" que connaissent "certains" acteurs de la sécurité privée.

 

Donc les sociétés de sécurité incendie "pures" - sur le nombre très restreint existant -  auraient, de l'avis de la FFMI, une meilleure déontologie ? des meilleures pratiques que la sécurité privée ?

 

Souvenons-nous qu'une société de sécurité incendie pure, contrairement aux sociétés de sécurité privée, n'est soumise à:

- Aucun contrôle de moralité: ni des salariés, ni des dirigeants

- Aucune aptitude professionnelle de ses dirigeants

- Aucune contrainte spécifique: Tenue des agents, insigne, carte professionnelle, code de déontologie, voie publique, autorisation d'exercice, etc ...

- Quasiment aucune contrainte liée aux commissions de sécurité, celles-ci contrôlant très rarement les qualifications et les missions d'un service de sécurité incendie, ou vérifiant très rarement leurs compétences réelles.

- Une formation en sécurité incendie, pour le premier ou le deuxième niveau, dure à peine 10 jours. Aujourd'hui pour être agent de "sûreté", c'est 1 mois de formation !

- Un agent de sûreté peut à tout moment se voir retirer sa carte professionnelle - ou la société de sécurité son autorisation d'exercice, pour un non-respect du code de déontologie ou du CSI livre VI .... ou même être sanctionné POUR TOUT manquement aux lois et réglement sur n'importe quel sujet.

 

Si avant, le monde de la sécurité privée était un peu abandonné par les pouvoirs publics, en moins de deux ce secteur est devenu beaucoup plus drastique et contraignant que celui de la sécurité incendie .. et je pense que les "mauvaises pratiques" vont être "transférées" justement vers les sociétés de sécurité incendie... qui n'ont ni de convention collective à respecter, ni de contrainte lourde liée au CSI livre VI ...

 

 

**************************************************************

Extrait du communiqué

**************************************************************

 

Depuis la seconde guerre mondiale, la France et l’Italie se sont progressivement dotés de moyens réglementaires, techniques et humains qui ont permis une diminution importante du nombre de victimes d’incendie et une baisse régulière du coût engendré par ces sinistres.

 

Les professionnels ont su développer des filières d’excellence en s’appuyant sur un triptyque, matériel-homme-méthode, avec pour objectif de préserver les personnes et les biens.

Aujourd’hui, au nom d’une vision financière à court terme, les enjeux spécifiques de la sécurité incendie sont parfois négligés, au détriment de la sécurité des personnes et des biens mais également de la performance économique à long terme.

 

L’ANISA  et la FFMI, organisations professionnelles italiennes et françaises  souhaitent donc rappeler quelques constats essentiels.

 

La spécificité de la sécurité incendie

La sécurité incendie a pour objet fondamental la préservation de la sécurité et de l’intégrité des personnes. C’est une  mission essentielle à la collectivité et un droit pour tous les citoyens.

Pour faire face à cette immense responsabilité, les professionnels ont depuis longtemps fait le choix exigeant de garantir la qualité des produits et des services par des certifications tierce partie, conçues en partenariat avec les utilisateurs, les assureurs, les associations et les pouvoirs publics.

 

Il est donc crucial de distinguer les missions de sécurité incendie des autres missions de sécurité privée qui ont davantage vocation à la protection des biens.

 

Du coût réel de la sécurité incendie

Le coût de la sécurité incendie est trop souvent appréhendé sous le seul angle du coût du matériel ou des personnels. Ce cout n’est que trop rarement comparé au coût humain et financier des sinistres.

 

Aujourd’hui, un certain nombre d’acteurs publics et privés souhaitent diminuer le coût nominal de la sécurité incendie en rapprochant missions de sécurité incendie et missions de sureté. Outre le fait de nier les caractéristiques spécifiques de la sécurité incendie, le risque de cette approche est de conduire à la diffusion de mauvaises pratiques telles que certains secteurs de la sureté en connaissent malheureusement aujourd’hui. Un dumping social effréné se traduit toujours par la dégradation de la qualité des matériels et des compétences.

 

Une telle dégradation a également une conséquence claire pour les donneurs d’ordre : le niveau de sécurité n’est plus garanti et leur responsabilité est plus lourdement engagée. La performance économique à long terme est donc singulièrement menacée au nom d’un profit de court terme.

 

Pour une meilleure approche de la sécurité incendie

Il est donc urgent de renouveler l’approche de la sécurité incendie et d’adopter une logique de « mieux disant », intégrant une notion de coût relatif, plutôt  qu’une voie du « moins disant » dont les effets pervers, tant humains qu’économiques, auront un impact sur l’ensemble de la collectivité.

 

 

source: http://www.ffmi.asso.fr/main/core.php?pag_id=9&strUrlAffectation=14:623

Partager cet article

commentaires

JL 09/04/2014 17:09


Franchement, David ! Vous prenez tout le monde pour les imbéciles ! Allez voir auprès de la chambre de métiers et de l’artisanat pour une liste des activités qui ont l’obligation d’une
carte pro. Il n’y a pas que les agents de la sécurité. Loin de là !


http://www.cm-essonne.fr/portals/72/pdf/PDF_Service_Economique/Cr%C3%A9er%20une%20Entreprise.pdf


Personne sur ce blog n’a jamais était pour un mélange des activités. La loi l’interdit et c’est très bien comme ça !!!  Mais si vous croyez qu’une entreprise de sécurité incendie sera
plus étique qu’une entreprise de gardiennage c’est que vous vous foutez le doit dans l’œil jusqu’au coude tout comme le FFMI !!!


Sans contrôle de l’Etat toutes les entreprises feront les mêmes bêtises. Attendez vous sincèrement que l’Etat met en place un CNAPSI juste pour la sécurité incendie, ou un DISIP ? Ne soyez
pas ridicule ! Vous avez l’aire d’un gamin qui ne veut pas manger ses légumes ! Ben, tant pis mon garçon ! ‘Tu t’assois comme un bon soldat et tu ouvre bien la bouche… et
voilà, bravo, miam, miam !’


Bon appétit, David.


 


Cdlt,

DavidB 28/03/2014 23:24


La sécurité incendie?
Mais le code du travail impose à chaque salarié d'être formé à la mise en oeuvre des moyens de secours et d'évacuation.


Pour ce qui est du SSIAP la différence de TAILLE!
Je vous explique que ce que la surveillance et le filtrage sont assurées par 37 millions de travailleurs dans notre pays. Je vous dit aussi qu'ils doivent être formés à l'incendie et au secours
tel que le prévoit le Code du travail et la jurisprudence.


Rien de nouveau!


Par contre le SSIAP lui peut être comparé, par exemple, à l'agent de sécurité en zone d'embarquement des passagers d'un aéroport. Une spcécialité à part entière qui demande de se consacrer
uniquement à cette tâche après une formation technique en rapport avec les dangers possibles et les réponses à apporter GROSSES différences avec une chose qui est faite par des millions de
salariés au quotidien: surveillance des locaux, filtrage, accueil, contrôle (oui contrôle! comme dans les entreprises ou vous devez laisser une pièce d'identité en échange d'un badge d'accès).


Encore une fois le problème ne vient pas de la "carte pro" ou du CQP-XXXX mais bien de la discrimination faite au milieu d'une dizaines d'autres professions, sur un même site, envers les SEULS
salariés de la sécurité privée.


Je suis certain que cette discrimination présenter en Q.P.C serait abrogée!


 

David 28/03/2014 20:01


C'est votre seule argumentation?

83-629 28/03/2014 20:55



et bien c'est un argument identique au votre en faite ... Mais peut-être que vous vous rendez-compte de vos propos falacieux pour dire qu'au fond, réglementer la sécurité privée est inutile car
tout le monde  l'assure de manière direct ou indirect (moralité, formation, etc...)


Alors pourquoi ne pas l'appliquer à la sécurité incendie ? si tout le monde assure de manière direct ou indirect la sécurité incendie ... plus besoin de SSIAP et accessoirement ni d'agents de
sécurité ... 


Mais tiens, pourquoi il existe plus de 6700 entreprises de sécurité privée ? peut-être parce qu'il y à de la demande, non ?


donc votre argumentaire ne tiens pas debout



DavidB 28/03/2014 19:41


Je vous propose plutôt de trouver UNE SEULE société dans laquelle les salariés ne participent pas à la sécurité des locaux, des matériels et de collègues. SI vous la trouvez,
merci de nosu dire ou.


Exemple: secrétaire dans un bureau un individu se présente. Croyez vous qu'il va pouvoir aller et venir comme il le souhaite? Croyez-vous qu'il va pourvoir se servir librement et repartir?


NON! Le personnel va filter, intervenir et/ou appeler les forces de l'ordre! Dans la même façon que le ferait un agent de sécurité privée! Et oui... au quotidien ce sont plus de 37 millions de
travailleurs qui en France participent à la sécurité des locaux qu'ils occupent! Que cela soit d'un point de vue gardiennage ou incendie!


Allez donc essayer de passer dans l'arrière boutique de la boulangerie du coin de votre rue au motif que la boulangère n'a pas de carte pro et ne peut donc pas filter, surveiller ou intervenir!
Vous allez être content du voyage je pense!


Pensez-vous que la femme de ménage qui intervient à lorsqu'une société est fermée n'a pas un rôle de surveillance? Pensez-vous pouvoir vous servire librement pendant sa présence?

Pire même! un salarié qui volontairement, ou pas, ne sécuriserait pas son environnement de travail peut être viré pour faute! Un peu de réflexion svp.

83-629 28/03/2014 19:54



Alors abolissons aussi les services SSIAP dédiés sur certains ERP/IGH ? Car même les femmes de ménage peuvent intervenir sur un incendie ou sur un secours à personnes.... alors prenons votre
message, en le transformant en activité "incendie":


 




Je vous propose plutôt de trouver UNE SEULE société dans laquelle les salariés ne participent pas à la
sécurité INCENDIE des locaux, des matériels et de collègues. SI vous la trouvez, merci de nosu dire ou.


Exemple: secrétaire dans un bureau un départ incendie éclate. Croyez vous que personne ne va lutter contre celui-ci ? Croyez-vous qu'un incendie puisse éclore et se propager sans réaction des
occupants ?


NON! Le personnel va éteinde l'incendie, intervenir et/ou appeler les pompiers! Dans la même façon que le ferait un agent de sécurité privée! Et oui... au quotidien ce sont plus de 37
millions de travailleurs qui en France participent à la sécurité incendie des locaux qu'ils occupent! Que cela soit d'un point de vue gardiennage ou incendie!


Allez donc essayer de voir en cas de départ incendie dans une boulangerie du coin de votre rue au motif que la boulangère n'a pas de SSIAP et ne peut donc pas ¨éteindre, lutter ou intervenir!
Vous allez être content du voyage je pense!


Pensez-vous que la femme de ménage qui intervient à lorsqu'une société est fermée n'a pas un rôle de surveillance incendie? Pensez-vous qu'un incendie pourra librement éclore pendant sa
présence?

Pire même! un salarié qui volontairement, ou pas, ne sécuriserait pas son environnement de travail peut être viré pour faute! Un peu de réflexion svp.





DavidB 25/03/2014 08:51


Y


Et pourtant c'est bien la stigmatisation d'une profession.
Pourquoi ne pas imposer un carte pro aux salariés des sociétés de netoyages qui dans la plupart du temps interviennent seuls et alors que la société (client) est fermée? Eux aussi ont accès
librement et sans AUCUN contrôle à tous les locaux!

83-629 28/03/2014 19:25



parce que les agents de nettoyage:


- N'on pas pour mission principale la sécurité des personnes et des biens


- Ne sont pas identifié par le public comme un acteur lié à la sécurité des personnes et des biens


En cas d'agression, de malaise, de vol, etc.. vous allez chercher un  agent de nettoyage ... ou une personne en tenue, qui représente une certaine "autorité" ?


Vous allez plutôt respecter les injonctions/consignes d'une personne tenant un balai, ou une personne en uniforme représentant "la sécurité" ?


Les agents de sécurité sont justement là (entre autre) pour surveiller les agents de nettoyage.