Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 07:00

 

« Sauver une vie, ça s’apprend ! ». Par ces quelques mots, l’une des grandes associations nationales de secourisme avance, en un slogan dont le succès dit assurément la pertinence, une proposition de réponse face à un paradoxe persistant : à l’heure où la mortalité routière touche encore près de 4 000 personnes chaque année, moins de la moitié des Français (46 %) déclarent avoir bénéficié d’une formation ou d’une initiation aux gestes de premiers secours.


Face à ce défi, le groupe UMP a choisi d’inscrire dans sa séance d’initiative réservée la présente proposition de loi, en préconisant une solution simple et pragmatique, qui prend la forme d’un dispositif bien ciblé, l’inclusion dans les épreuves du permis de conduire d’une formation aux « cinq gestes qui sauvent » : alerter les secours, baliser les lieux et protéger les victimes, ventiler, comprimer l’hémorragie et sauvegarder la vie des blessés.


Cette solution présente l’avantage de favoriser la généralisation d’une formation au profit de l’ensemble des candidats au permis de conduire chaque année, formation courte, mise en œuvre par les associations de secourisme agréées, qui permet de concilier l’impératif de clarté et d’effectivité du message diffusé avec celui de la qualité de l’enseignement dispensé. L’intervention d’associations expérimentées favorisera une application rapide de cette mesure.


 

LIRE LE RAPPORT COMPLET

 

 


Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Secourisme
commenter cet article

commentaires