Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 07:00
Le directeur commercial de l'aéroport de Charleroi (BSCA), David Gering, a qualifié d'insatisfaisants les résultats d'un contrôle auquel une journaliste a participé dans un aéroport belge. Une journaliste du Soir Magazine qui a testé la sûreté aéroportuaire a réussi à faire passer avec d'autres passagers fictifs cinq objets illicites, soit des armes et des explosifs factices. M. Gering reconnaît que le risque zéro en matière de contrôle n'existe pas tout en soulignant les progrès permanents réalisés dans ce domaine.

Selon les journaux du groupe Sudpresse, le test réalisé en collaboration avec une société qui supervise les agents en charge du contrôle dans les aéroports, s'est déroulé à Charleroi Brussels South Airport, une information que s'est refusé à confirmer M. Gering. Ce dernier reconnaît toutefois que "l'aéroport de Charleroi, comme celui de Zaventem et les autres aéroports", engage des sociétés externes pour contrôler le travail des sous-traitants, preuve de leur vigilance. Selon la société Tactical5, qui a participé au test du Soir Magazine, 60% en moyenne des objets illicites ne sont pas détectés dans les aéroports. Si M. Gering ne veut pas mettre en doute ce chiffre, il souligne qu'un contrôle d'envergure mené fin 2010 à l'aéroport de Charleroi par la Commission européenne, avait répondu à 100% des attentes. Le directeur commercial de l'aéroport de Charleroi reconnaît toutefois que les contrôles ne sont pas parfaits, dépendant de facteurs humains. Ainsi la routine, comme d'autres éléments, peuvent représenter des faiblesses. "Mais nous ne ménageons pas nos efforts pour réduire les risques", assure M. Gering. Il souligne la bonne collaboration entre aéroports en matière de sécurité, notamment au sein de l'ACI. David Gering insiste sur le fait qu'en dix ans, la fréquentation de l'aéroport n'a cessé d'augmenter et "qu'aucun problème grave lié à la sûreté" n'a été relevé. (Belga)

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires