Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 08:00

Le saviez-vous ?
Il existe une sécurité privée "interne" pour les sites nucléaires au CEA et pour Aréva, qu'il appelle "Forces de Sécurité Locales (FSL)".

Le député ayant fait le rapport pour le projet de loi des finances 2014 , indique quelque chose qui m'a interpellé: les FSL "ne sont pas de simples vigiles : ils ont une capacité d’action équivalente à celle des gendarmes(...)"

Les FSL doivent donc être naturellement considérés comme un service interne de sécurité, soumis au CSI livre VI - Et dans ce cas, pourquoi et surtout sur quoi se base le député pour dire que ses FSL ont une capacité d'action "équivalente" aux Gendarmes ?: Matériels spécifiques ? Armes ? etc ...
Cette information rejoint le projet de loi sur la refonte du CSI livre VI, qui va certainement créer un chapitre spécifique à la sécurité nucléaire, notamment concernant certaines prérogatives (Armes, etc.).

Extrait du rapport:

Dans le cas des sites du CEA et d’Areva, le premier niveau de défense et de sécurité est assuré par des forces de sécurité locales (FSL) formées, équipées et rémunérées par les propriétaires des sites. Ces agents, au nombre d’un millier au CEA et de 450 chez Areva ne sont pas de simples vigiles : ils ont une capacité d’action équivalente à celle des gendarmes des PSPG. Ce sont souvent d’anciens policiers, gendarmes ou pompiers reconvertis. En cas d’intervention de haute intensité, le RAID (recherche, assistance, intervention, dissuasion) de la police nationale est compétent pour agir.

 

 

 

Partager cet article

commentaires

L'inconnu 18/03/2014 16:25


Bonjour,


Merci TARDIEU pour votre validation de mes propos.


Effectivement l'article de presse que l'administrateur a publié il n'y a que quelques jours reprend le sujet.


http://www.83-629.fr/article-securite-l-etat-cherche-de-nouveaux-allies-122864195-comments.html#anchorComment


Au plaisir d'une prochainne échange.


Cdlt,

TARDIEU 18/03/2014 11:17


Je suis tout à fait d'accord avec toi l'inconnu. La sécurité privée subit une grande transformation et elle sera très bientôt partie prenante de la sécurité publique.

L'inconnu 05/03/2014 11:39


Merci COOL pour vos encouragements. Il est toujours appréciable de recevoir un retour positif. Bonne continuation.

COOL 04/03/2014 19:27


N° 5 bravos, excellent.

L'inconnu 03/02/2014 11:14


Bonjour,


Il y a eu un quiproquo de communication. Je ne méprise pas la sécurité privée. J’en fais partie. Je ne voulais que nuancer les propos du député qui semblait accorder les pouvoirs de
police/gendarmerie avec une liberté qui me paraissait excessive.


Il est très important que chaque acteur de la sécurité comprend l’importance de l’utilisation correct et disciplinée des articles que nous avons tous les deux évoqués dans l’ensemble de nos
commentaires. En effet, si un agent de sécurité privée est bien formé il comprendra très vite qu’il est un allié complémentaire des forces de l’ordre public.


Nous avons tous accès aux articles 53, 73, 803, 122-5, 122-6, 122-7, que nous soyons agent de sécurité ou simple citoyen. Mais en temps que professionnels de la sécurité nous nous devons de lire
et relire ces articles (de les analyser entre collègues et responsables) jusqu’à être capable de les appliquer sans faute dans notre quotidien. C’est ici où nous assumons notre rôle de
complémentarité auprès des forces de l’ordre public. C’est ici où nous assumons notre place au code de la sécurité intérieur non pas comme policier ou gendarme, mais comme professionnel de la
sécurité pouvant exercer avec ou sans armes, à l’intérieur d’un immeuble ou même sur la voie publique.


 


Cordialement,