Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 17:36

La ville de Metz (Moselle) va concéder à une société privée le dressement des contraventions de stationnement dès 2018. L’opposition de droite et le FN s’inquiète de possibles «dérives» sur le tarif et la quantité de PV dressés. Le maire promet de ne pas dépasser 17 euros.Les messins se verront d’ici trois ans dresser leurs contraventions de stationnement par des agents d’une société privée. La ville de Metz pourrait en effet concéder à une entreprise la gestion de ses PV. La réforme du stationnement municipal doit entrer en vigueur en France dès l’année prochaine et permettre aux villes de confier, via une délégation de service public, la gestion de la réglementation des parkings. Ainsi, le maire (PS) de Metz a présenté au dernier conseil municipal cette option qui a agacé l’opposition, droite et FN compris, estimant que cette délégation de service public pourrait faire mal aux automobilistes.D’après le FN, c’est une «privatisation» du stationnement de la ville. Le parti de Marine Le Pen craint que cette «libéralisation» de ce service public ne supprime des emplois de policiers municipaux chargés de la circulation et du stationnement. Du côté de la droite, Marie-Jo-Zimmermann (Les Républicains) affirme que la société choisie par la ville pourrait être tentée de verbaliser les automobilistes «à outrance» pour «faire du chiffre». Même dans la majorité du maire, l’adjointe Danielle Bori (Parti Communiste) s’agace qu’une telle mission puisse être confiée au privé.Dominique Gros défend l’idée assurant que le privé permettra de différencier les policiers municipaux (qui seront armés dès 2016) et les agents volontaires de surveillance de la voie publique (ASVP) qui ne sont pas des policiers. Par ailleurs, le maire de Metz promet de ne pas dépasser le cap des 17 euros l’amende pour stationnement non payé correspondant à une journée de parking. 

Partager cet article

commentaires