Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 08:00

Quelles décisions prendre après les attentats de Paris, dont l'une des attaques a été perpétrée dans l'enceinte du Bataclan ? Les salles de spectacle du département se penchent sur la question. Si les activités sur le temps scolaire sont annulées, les concerts restent maintenus. Et nombre d'organisateurs ont déjà pris des mesures.
Au moulin du Roc, jusqu'ici dépourvu de vigiles, « deux professionnels postés à chacune des entrées » gardent un œil vigilant jusqu'à dimanche. La Scène nationale avisera, ensuite, du maintien ou non du dispositif « afin de ne pas céder à la paranoïa ».
Ce renfort, Matthieu Noirtault l'espère au sein du Bocapole à Bressuire. Ce week-end, plus de 7.000 spectateurs sont attendus pour les Salons de l'habitat et du mariage. Le régisseur général fait part de son « inquiétude » et fait ses recommandations directement auprès des concernés.
Visiblement, le message a été reçu. Christophe Dupas, organisateur du Salon de l'habitat, rencontrait son homologue du mariage hier soir. Juste avant, il faisait part d'une « préréservation de deux agents supplémentaires. Cela représente 30 % de plus au niveau du budget sécurité », calcule-t-il. L'effort financier lui semble important pour ses vertus dissuasives. Sans directive, Nicolas Fredon préfère jouer la carte de la patience que prendre une décision hâtive. Selon le directeur de L'Acclameur, à Niort, « la vigilance des agents est déjà très renforcée depuis le plan Vigipirate ». La venue du groupe de rock Pink Floyd, le 27 novembre, pourrait néanmoins changer la donne.
A plus petite envergure, d'autres salles ont déjà tranché sur la question. Le Café du Boulevard à Melle mais aussi Le Camji à Niort, qui tient ses « Midis du Camji » demain et reçoit ensuite The Hillbilly Moon explosion, ne changeront rien.
D'un espace à l'autre, les organisateurs espèrent juste que le « no show », phénomène où les gens ne se déplacent pas malgré l'achat d'un billet, ne surviendra pas jusque dans notre département rural.

M.L.

Publié par 83-629 - dans revuedepresse
commenter cet article
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 22:53

« Il faut rassurer la population ». Luc Carvounas, sénateur-maire PSd’Alfortville a décidé de faire appel à une agence de sécurité privée pour renforcer la surveillance dans sa ville. Cette décision prise ce week-end après les attentats à Paris et Saint-Denis, confirmée lundi après avoir réuni la cellule de crise, semble d’autant plus nécessaire, au regard de l’inquiétude des habitants, après la découverte d’une planque occupée par des terroristes à Alfortville.

Depuis lundi, un garde privé est ainsi posté devant tous les bâtiments publics sensibles : la mairie, la mairie annexe, le centre communal d’action sociale, le centre de santé, la salle de prière musulmane… La sécurité a également été renforcée devant les écoles, selon la municipalité. Après les attentats de janvier, des gardes privés avaient déjà été embauchés pendant une semaine.

Des mesures bien acceptées par les Alfortvillais. Devant la mairie, Christophe venu se recueillir : « Il ne faut pas attendre pour mettre des vigiles. » Qu’importe le coût, selon cet habitant. « Je suis prêt à payer pour être en sécurité. La vie, ça n’a pas de prix. » La mairie n’a pas communiqué le budget consacré, ni le nombre d’agents.

Ce dispositif ne convainc pas en revanche les deux groupes d’opposition (LR) et (SE) : « De graves carences sévissent en termes de sécurité », selon les élus, qui dénoncent la lenteur de la mise en place de la police municipale.

Publié par 83-629 - dans revuedepresse
commenter cet article
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 15:02

Le convoyage des détenus va être entièrement privatisé à Genève, a appris mardi la RTS. Dès le 1er novembre, la société Securitas assurera l’entier de cette mission en lieu et place des agents de l’Etat.

Le magistrat chargé de la sécurité, Pierre Maudet, poursuit ainsi dans la voie fixée il y a quelques mois, malgré le signal négatif d’une majorité du Parlement.

Dès le 1er novembre, la société de sécurité privée Securitas remplacera les agents de l’Etat pour toutes les missions d’accompagnement des prisonniers.

Combien de personnes seront engagées? Suffisamment pour remplacer la vingtaine d’agents publics qui, selon nos sources, vont être réaffectés à la surveillance des ambassades. Douze partiront déjà dès le 2 novembre.

Le matériel aussi

Une vingtaine de personnes sont nécessaires également, d’après un spécialiste, pour assurer le fonctionnement 24h sur 24 des trois fourgons de convoyage sécurisés et spécialement équipés.

Le matériel roulant de l'Etat pour le convoyage a aussi été cédé, ou vendu, à Securitas. Philippe Bertschy, directeur de l’Office cantonal de la détention se serait chargé de la transaction, bien que le Détachement de Convoyages et de Surveillance (DCS) ne dépende pas pour l’instant de ses services.

De son côté, le département rappelle via sa porte-parole Emmanuelle Lo Verso qu'il poursuit dans une voie fixée, il y a déjà quelques mois, de clarification des attributions entre les agents publics et les Securitas, "les répartitions des agents de sécurités publics (ASP) se faisant en fonction des besoins et des circonstances". Le département ajoute que si le nombre de détenus diminue dans les établissements pénitentiaires du canton, cela a une influence sur les prestations assurées par les ASP ou les Securitas.

Laetitia Guinand/lan

Publié par 83-629 - dans revuedepresse
commenter cet article
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 08:36

Cet article nous rappel l'importance des techniques d'interpellation et de la vidéoprotection.