De maitre Vincent Luchez

Au terme de la procédure disciplinaire engagée par le CNAPS à l’encontre d’une société de sécurité privée, le prononcé d’une interdiction d’exercice équivaut bien souvent à une condamnation à mort. Aux grands maux il faut alors opposer les grands remèdes, en saisissant le juge administratif par la voie du référé-liberté. Explications.


En savoir plus sur http://www.village-justice.com/articles/Societes-securite-privee,21290.html#oIIWlPFircFgO8JV.99

Tag(s) : #cnaps

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :