Vous saviez que la protection rapprochée n'a pas de carte professionnelle ? que le CNAPS ne fait pas de différence entre la protection rapprochée et la surveillance ?  Que des entreprises "mafieuse" en profite pour vendre de la PR à la place des "professionnels de sécurité" ?

Bref le député Mr Blazy ne semble absolument pas au courant de la réglementation en sécurité privée ...   et cela fait peur ! Heureusement que c'est ce genre d'élu qui voterons demain l'évolution de la sécurité privée !

 

Question N° 99129 de M. Jean-Pierre Blazy (Socialiste, écologiste et républicain - Val-d'Oise )

Question publiée au JO le : 20/09/2016 page : 8309

Texte de la question

M. Jean-Pierre Blazy attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur la situation des professionnels de la protection rapprochée. Ces professionnels manquent aujourd'hui d'un cadre d'emploi.

Le Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS) ne fait pas la différence entre la protection rapprochée et la surveillance. Ce flou laisse la place à des entreprises mafieuses qui font le travail à la place de ces professionnels de la sécurité.

Les fonctions du CNAPS ne sont pas clairement établies. Les professionnels de la protection rapprochée n'ont pas de cartes professionnelles.

Pourtant ce métier est stratégique car ils savent protéger tout en restant dans le cadre légal. Alors que le nombre de professionnels de la sécurité privée ne cesse d'augmenter dans le contexte de menace terroriste actuel et qu'il est nécessaire de normer la sécurité privée, les professionnels de la protection rapprochée sont mis à l'écart alors qu'ils ont beaucoup plus de savoir-faire que la plupart des nouvelles recrues de la sécurité privée.

Il lui demande donc quelles mesures il entend prendre pour leur donner un véritable cadre d'emploi et ainsi reconnaître leur utilité à part entière.

Texte de la réponse

 en attente

Tag(s) : #actusecu

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :