Extrait:

(...) Une autre remarque quant à la faible qualité du personnel : l’absence quasi systématique de sélection des candidats à la formation aux CQP dispensés par les Organismes de Formation (OF) et financés par Pôle Emploi. Alors que certains OF de qualité (et malheureusement en nombre insuffisant) procèdent à la sélection des stagiaires entrant en formation (exemple d’un OF qui rencontre 400 demandeurs en région parisienne pour n’en retenir que 12 dans une session de formation CQP APS), les autres enregistrent les inscrits sans distinction à partir du moment où le CNAPS leur a délivré l’autorisation préalable à la formation et que Pôle Emploi finance lesdites formations. 

source: http://cerclesecuriteprivee.org/communique-cercle-de-securite-privee-rapport-annuel-2018-de-cour-comptes/

Je trouve cette remarque incroyable !


Car pour les SSIAP, la question de la qualité ou de la sélection des candidats à cette formation est-elle la même ? Alors qu'il n'existe aucune certification qualité pour cette formation, ni autant d'exigences pour les formateurs ou même le plateau pédagogique (le centre de formation). On peut même faire des formations SSIAP en dehors du centre de formation ! (chez un client par exemple).


Non. Pourquoi ?

1: Car le métier SSIAP est extrêmement encadré : Missions limitatives sur TOUS les sites. (Cf MS 46)
2: Car pour les SSIAP, un PC Sécurité est très souvent imposé (et non pas un placard ou rien du tout) -> confort de travail.
3: Car les SSIAP ont un meilleur salaire - Le chef d'équipe est Agent de maitrise, le SSIAP 1 est autant payé qu'un chef de poste en sûreté !
4: Car ce métier donne des perspectives d'évolution

QUALITE DU PERSONNEL DITES-VOUS ?


Si vous payez en cacahuète, vous aurez des singes.

Si les PDG de Securitas, Goron, Fiducial, Prosegur, Seris ou ICTS étaient payés 2000 €/mois, croyez-vous que ces sociétés auraient les meilleurs dirigeants ? Non.... tout a un prix.

Le nerf de la guerre, c'est le SALAIRE ! Et au-delà, les perspectives d'évolution (de poste, et de salaire ...) : Il faut instaurer des niveaux en sûreté ! Et bien sûr l'imposer aux établissements !

175h de formation, MAC, responsabilité pénale , risque de perdre le droit de travailler pour une conduite sans assurance en dehors du travail, etc ... et tout cela pour être autant payé (voire même moins !) qu'une femme de ménage ! 

A ce jour, aucun donneur d'ordre ne rechigne à payer un SSIAP 2 plus cher qu'un SSIAP 1: C'est normal qu'un chef soit mieux payé !

Il faut que l'État impose un encadrement, un management intermédiaire !
Il faut donc URGEMMENT une revalorisation CHOC des salaires. Pour rendre attractif ce métier à des personnes de "meilleure qualité".

Comment voulez-vous que les centres de formations fassent du tri si c'est pour qu'à la fin les stagiaires se retrouvent à faire arrière caisse dans un discounteur pour 1100 €/mois avec un directeur de magasin ultra-exigeant qui te demande de rester sur un carreau de carrelage à l'entrée et de suivre les "Gitans" quand ils rentrent uniquement ?. C'est ça la réalité !.


Donc l'équation n'est pas celle-là:


Sélection à l'entrée en formation
= Agent de qualité

Mais plutôt celle-ci:


Sélection des agents + Salaire + Encadrement + définition des missions (comme les SSIAP)
= Agent de qualité

Faut-il avoir des Ex-GIGN partout ?


Il y a des sites où il n'est pas nécessaire d'avoir des "champions" ou ex du GIGN.
Un chantier de construction - la nuit - pour surveiller des bobines de cuivre, ou encore pour surveiller un discounteur : Même les agents sont rares à accepter ce genre de mission ! Il faut être réaliste et pragmatique.
Il faudrait, dans la dynamique de "hiérarchisation", de créer des niveaux "basiques" pour ce type de prestation, qui de toute manière a du mal à trouver du personnel.


Rationalisons la sécurité privée. Soyons plus pragmatiques et moins idéalistes.


Les clients - dans l'immense majorité - veulent t'ils VRAIMENT de la qualité ? Sont-ils prêt à payer pour avoir des agents de sécurité mieux qualifiés, mieux rémunérés et mieux sélectionnés ?
NON

Ceux qui veulent vraiment de la qualité dans notre profession:
- Internalise la sécurité privée: Comme la SNCF, Auchan, Carrefour, le GPIS ou encore Disney ! (Les entreprises de sécurité assurant juste le tampon en cas d'absence d'un agent interne ou encore affecté à des tâches plus "ingrates": Surveillance périphérique, surveillance parking, contrôle d'accès)
- Impose un cahier des charges exigeant. Le client est roi ! Si il ne veut que des BAC+3, bilingues et ceinture noire en Karaté ... il sait qu'il devra payer le prix !

Les autres ? Ils en ont pour leur argent !

 

L'État veut un continuum de la sécurité ?


C'est simple ! Déjà dans ses marchés publics, qu'elle impose un cahier des charges ultra exigeant ! Avec l'obligation d'encadrement - Payer par le client bien sûr ! Pour ça pas besoin de loi ou décret !


Mais même l'État ne veut pas nécessairement de la qualité ! Il veut un prix ! Car si l'agent de sécurité privée revient aussi cher qu'un fonctionnaire de Police, croyez-vous que l'État continuerait à promouvoir ce "continuum" ? NON


Quand l'État veut vraiment de la qualité, il sait le faire vite et bien: Bel exemple sur les agents de protection de navire embarqué par exemple ! (APNE). Obligation de certification des entreprises, obligation de moyens, obligation d'encadrement, obligation de traçabilité, missions ultra définies, etc ...


Arrêtons de croire aux sirènes de l'État. S’il y avait réellement une volonté politique, la sécurité privée aurait à ce jour un autre visage. Ce qui compte, c'est le prix. Pour ceux qui veulent VRAIMENT de la sécurité, l'exigent et paient le prix (Et du coup internalisent souvent leur sécurité).

Tag(s) : #actusecu

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :