Difficultés économiques, manque de reconnaissance, problématique d’embauche… les entreprises de sécurité privée sont en souffrance. Frédéric Gauthey, président du GES, revient sur une situation de crise inégalée, et ses pistes pour changer le cap.

Le président du GES regrette qu'il y ai 3000 à 5000 auto-entrepreneurs en sécurité privée.

Il demande en priorité:

- La création d'une garantie financière (Qui limiterais les créations d'entreprises)
- Limitation de la sous-traitance
- Protection juridique des agents de sécurité

 

Interview à lire dans le supplément Sécurité de l'Express
Retrouvez l'interview en suivant ce lien : https://bit.ly/2kSa8zm

 

 


 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :