Ce syndicat patronal va proposer une hausse des salaires allant entre "6% et 8,5%, voire peut-être 9%" a déclaré à la presse l'un de ses représentants dans le cadre des négociations de branche.

 

 "Si on veut mettre fin à la pénurie, il faut rémunérer les salariés à la hauteur du travail qui est fourni. Actuellement, ce n'est pas le cas partout", estime-t-il, alors que les négociations salariales viennent de débuter dans cette branche professionnelle, où certains minima sont inférieurs au Smic.

 

"Nous sommes prêts, aussi, à discuter pour verser un treizième mois et, dans un second temps, en mars 2022, de négocier à la mise en place d'un intéressement ou d'une participation", a déclaré ce syndicat patronal

 

"Il faut accepter de partager la valeur sous forme d'un dividende salarial", plaide-t-il. En revanche, le patronat s'oppose à "toute négociation" sur le sujet d'une rémunération améliorée pour le travail du dimanche, a-t-il dit. "Cela déséquilibrerait notre modèle économique. Travailler quand nos clients sont en vacances ou en repos est inhérent à notre secteur d'activité".

 

"En revanche, nous ne sommes pas opposés, par exemple, à accorder un week-end off toutes les trois ou quatre semaines", a encore affirmé ce syndicat patronal.

 

Dans un entretien à l'AFP il y a quelques jours, le président du syndicat patronal estimait que le patronat du secteur, sous pression du gouvernement pour rendre le secteur plus attractif, devait réfléchir à "la façon de "revaloriser [ces] métiers, en améliorant les conditions de travail et les grilles de salaires".

 

NOTA: Ce n'est pas le GES qui propose cela pour les métiers de la sécurité, mais L'Umih, principal syndicat patronal de l'hôtellerie-restauration, pour leur corps de métier.

 

Et devinez quoi, vous et moi, nous serons obligés d'acheter plus cher notre café ou le plat du jour ... Mais on aura des gens pour nous servir ou cuisiner pour nous , pour des salaires  ... Les clients de la sécurité privée ne seront-ils pas obligés, comme nous pour le café, de payer plus cher pour un véritable service ? Avec du personnel ?

Mais cela arrangent peut-être le patronat qu'il y ai un fort turn over : le métier est pénible ,  les gens sont mal payés, ils partent. Pour les remplacer il faut les former. On les formes en interne via une filiale avec de l'argent public , et l'argent fait un circuit centre de formation/Société de sécurité, qui permet de faire remonter ( un peu) les 1% de bénéfice d'une entreprise de sécurité privée ... Du coup on est sur un cercle vicieux où ni les donneurs ordres ni les sociétés de sécurité on intérêt à rendre trop attractif notre secteur ... Car forcément, il y aura beaucoup beaucoup moins de formation ... Et ça c'est beaucoup beaucoup moins d'argent .

Tag(s) : #actusecu
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :