APPLI POUR LES PROS

> A NE PAS RATER !

SECURI+

 

Publié par 83-629

Olivier DE MAZIERES
- Délégué ministériel (DPSIS) - 

 Pour saisir le rôle joué par les acteurs privés dans le continuum de sécurité, il faut remonter quelques années en arrière, lorsque les activités privées de sécurité ne jouissaient pas nécessairement d’une image très positive en raison de mauvaises pratiques.

 Or, les choses ont nettement évolué ces dernières années. D’une part, la réglementation mise en place, avec la création du CNAPS a aidé à assainir le secteur. Dans le même temps, il faut reconnaître le degré de maturité atteint par certaines activités (par exemple les transporteurs de valeurs) ou le niveau d’excellence de certaines entreprises de surveillance et de gardiennage qui concourent à la protection de sites sensibles.

De même, je veux saluer la mobilisation dont ont fait preuve les entreprises de sécurité privée durant la crise sanitaire. Elles ont su s’adapter, en dépit d’un contexte très difficile, pour répondre aux besoins de surveillance des établissements de première nécessité, des sites de stockage ou encore des locaux industriels. C’est un signe évident de maturité qui mérite d’être salué. Mais il persiste encore des procédés « moins-disant » faussant le jeu de la concurrence, présentant des risques de fraude et freinant l’évolution vers une offre à plus forte valeur ajoutée, mieux rémunérée et plus attractive en termes d’emplois et de perspectives de carrière.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Bonjour,<br /> <br /> J'ai bien souris "jaune", en lisant : " le niveau d’excellence de certaines entreprises de surveillance et de gardiennage qui concourent à la protection de sites sensibles. "<br /> <br /> C'est tellement faux. Je suis sur un site "sensible" et l'entreprise dans laquelle on est, ne veut pas nous former "P2S", même à titre individuel, quand on souhaite apprendre et progresser professionnellement. Systématiquement, l'encadrement direct et indirect, se cache derrière l'excuse éternelle suivant : "on fait ce que le client veut". En cela, à quel moment une société de sécurité privée, de surveillance humaine, s'avère être crédible ? Toute entreprise, avec un minimum d'ambition professionnelle, se doit d'être naturellement une force de proposition et une référence technique pour le client. <br /> Or, chez nous, pourtant une grande entreprise de de surveillance humaine, dotée de milliers de salariés, nos moyens sont pas là : moyens financiers d'abord étant le nerf de la guerre, moyen matériels (vêtements et équipements professionnels), moyens humains dans le soutien et l'opérationnel et donc moyens opérationnels pour exécuter les diverses missions.<br /> <br /> Enfin, il est bien joli de saluer les entreprises de sécurité pour leur "maturité", mais c'est les agents qui font tout le travail, sans soutien des entreprises. Nous n'avons reçu aucun remerciement sincères et directs, aucun centimes d'Euros de récompense, nous avons été absents dans les médias (hormis de la part du compositeur chanteur Jean-Jacques GOLDMAN)... En quoi les entreprises ont été exemplaires dans cette crise sanitaires sur-amplifiée ? Pendant des mois, nous avions ni masques ni gel hydro, chose qui aurait dû en principe, fourni par les entreprises de sécurité, puisque le risque NRBC est un risque sécuritaire....<br /> <br /> Non, les entreprises de sécurité, n'ont atteint aucune maturité et n'évoluent pas dans leur mentalité interne, dans les mentalité de progression en interne, qui ne se fait pas au mérite, mais au clientélisme. Non les entreprise de sécurité n'ont pas atteint une certaine maturité, parce qu'on utilise toujours des tenues de travail non professionnelles, inadaptés aux conditions climatiques, à bas coût, alors que c'est les premiers outils de travail des agents de terrain. Non, les sociétés de sécurité ne sont pas mature, parce que les entreprise ne veulent pas faire évoluer positivement l'image qu'elles renvoient aux clients d'abord et aux public ensuite et ça passe déjà, par la tenue des agents, qui sont les premiers et seuls acteurs visible de ce secteur professionnel. C'est les agents sur le terrain, la vraie plus value du métier, la seule d'ailleurs, le reste c'est du gargarisme technocratique et carriériste d'anciens de ceci et cela, qui viennent prendre les gros salaires, mais ne se battent pas pour faire évoluer les choses. Ce qui en plus, empêche tous les agents de pouvoir évoluer et prendre part aux décisions internes, importantes et à tous niveaux.<br /> <br /> Donc ce rapport est faussé, il ne reflète en RIEN, la réalité. Arrêtez de raconter n'importe quoi aux gens. La réalité du terrain et les discours, sont aux antipodes du réel.
Répondre