« La pénurie concerne plus de 15 000 poste. Mais, dans la perspective de la Coupe du monde de rugby de 2023 ainsi que des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, il en manquerait environ 10 000 de plus, estime Servan Lépine, administrateur du Groupement des entreprises de sécurité (GES) – qui représente 83 % de la filière – et président de la Commission « Technologies ». Ces grands événements pourraient fournir l’occasion de démontrer l’intérêt de ces nouvelles technologies.

En particulier les drones statiques auto-alimentés capables de surveiller en continu d’importantes surfaces, notamment pour gérer les abords des sites et les flux. Des solutions existent sur le marché au travers de dizaines de fournisseurs. En revanche, nous n’avons pas encore observé de volonté manifeste de la part des instances publiques de développer le couple ‘‘agent de sécurité/drone’’. » Pourtant, la pénurie de main-d’œuvre dans la sécurité privée pourrait certainement attirer des candidats et valoriser les missions des agents à travers ce type de prestation.

 

 

Tag(s) : #actusecu
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :