Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 07:00

Exposé sommaire :

Il est exclu, pour d'évidentes raisons de sécurité des passagers, d'embarquer des agents de protection à bord des navires de plaisance et de croisière. Toutefois, il arrive fréquemment de déplacer les navires de croisière « à vide » pour les amarrer à un port commercialement plus performant. Dans ces circonstances, la présence de gardes armés fait tout à fait sens. Or la rédaction actuelle du projet de loi ne permettrait pas de les solliciter.

Le présent amendement propose de rectifier cette lacune en indiquant que, si le décret définit les types de navires non éligibles, il énonce également les conditions dérogatoires dans lesquelles cette inéligibilité est levée.

 

ART. 18

Compléter l'alinéa 2 par les mots :

«  ainsi que les circonstances dérogatoires dans lesquelles ceux-ci peuvent embarquer des agents de protection. »

présenté par
M. Arnaud Leroy, rapporteur

Partager cet article

commentaires

JL 20/04/2014 02:02


Bonsoir,


J’imagine qu’il n’y a pas beaucoup de navires de plaisance et de croisière qui circulent dans les eaux où on trouve des pirates, mais pour ceux qui le font quelles sont « les raisons
évidentes de sécurité des passagers » qui font que nous devons exclure l’embarcation des agents de protection ? Il me semble qu’un navire, remplit de riches touristes, qui s’amuse à
naviguer sur les côtes de Somalie, sera une belle cible pour un pirate…^^


Autant dire que les voyageurs des lignes de la RATP (pour « les raisons évidentes de sécurité ») n’ont pas besoin des agents de sûreté armés non plus.


 


Cdlt,