Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 09:00

RÉPARTITION DES 129 060 AGENTS D'EXPLOITATION (87% DES SALARIÉS) SELON LES COEFFICIENTS DE LA CONVENTION COLLECTIVE

 

Filière incendie 16 % dont :

 

• Agent des services de sécurité incendie (coef. 140) 10,5 %
• Chef équipe des services sécurité incendie (coef. AM 150) 4,5 %
• Pompier d'aérodrome (coef. 150) 0,5 %
• Pompier d'aérodrome chef de manoeuvre (coef. AM 185) < 0,5 %
• Responsable SSLIA (coef. AM 235) < 0,5 %

 

 

Pour la fa filière distribution, surveillance et télésurveillance , c'est 76 % !

 

Donc les SSIAP représente à peine 15 % du nombre totale d'agents de "sécurité" au sein des entreprises de sécurité privée.

 

TELECHARGER LE DOSSIER DU SNES SUR LES CHIFFRES 2012

Partager cet article

commentaires

JL 20/11/2013 11:40


Bonjour,


 


Comme vous dites, il n’y a jamais eu de débat sur la séparation des activités. Là où la réglementation oblige un service de sécurité incendie comme défini dans le MS46 il est (bien entendu) hors
de question que les agents de ce service font autre chose que de la sécurité incendie ! Par contre, bien qu’ici il n’y a pas de débat, débat y est toujours en ce qui concerne l’appartenance
des agents SSIAP au livre VI du CSI.


 


La sécurité privée se trouve côte à côte avec la sécurité publique (la police et la gendarmerie
nationale ainsi que la police municipale) et la sécurité civile (sapeurs pompiers professionnels) depuis 14 mars 2011 (LOPPSI). Cette loi a vu la création du code de la sécurité
intérieure:


Livre II à V + VII : sécurité publique et civile


Livre VI : sécurité privée



Le privé fournit un soutien aux services publics. La police (et les sapeurs pompier jusqu’à un certain niveau) est soutenue par les APS (ou « ADS »).
Les sapeurs pompiers par les SSIAP (là où la réglementation l’oblige). Pour la mise en place de ce soutien les gérants des espaces privés se tournent vers les entreprises de sécurité privée. Ces
entreprises de sécurité sont spécialisées dans la « surveillance ». La surveillance est leur activité exclusive.


 


Qui est donc concerné par la surveillance comme activité exclusive ?


Les SSIAP "... la surveillance... doit être assurée... par un service de sécurité incendie..." MS45 25/06/1980


Les APS "A fournir des services ayant pour objet la surveillance..." L611-1 CSI 12/03/2012



Tous deux de ces textes parlent des agents de surveillance (et comme je l’ai précisé dans ma dernière commentaire non pas de l’ « électricité », ni de la « plomberie »,
mais exclusivement de la surveillance !), mais étrangement un seul impose une carte pro... Ceux qui n'ont pas
l'obligation d'une carte pro (et la moralisation qui l’accompagne) sont tout de même tout seul dans les immeubles la nuit et le weekend avec les clés de toutes les portes!!! 


 
Je suis bien familier avec les arguments des SSIAP (j'en suis un moi même). Ils disent souvent
"Mais nous ne sommes pas concernés par le livre VI du CSI et sa « moralisation ». Nous sommes gérés par le code de la construction et de l'habitation. Donc le CSI ne nous regarde
pas."

Très bien, mais à ce moment là pourquoi les agents de sûreté aéroportuaire ne disent rien? Eux, ils sont titulaires d’une double agrémentation et diplômés des
formations imposées non pas par le CSI, mais par le code de l'aviation civile. Entendons-nous dire que ces agents ne
sont pas concernés par le CSI parce que le CAC leur oblige une formation spécifique? Bien sûr que non! Ces agents, tout comme les agents de sécurité incendie, font partie de la grande famille de
ceux qui font de la «surveillance de biens meubles ou immeubles ainsi que la sécurité des personnes se trouvant dans ces immeuble » (L611-1, 1°)...


Que le CNAPS nous dise que les SSIAP n'ont pas besoin d'une carte pro aujourd'hui n'empêche qu’une loi en plein refonte ne va pas les incorporer demain. Je me permets donc de croire que le débat concernant les SSIAP et la carte professionnelle est encore loin
d’être clos...


 


 


Cordialement,

Y 20/11/2013 01:21


excuser moi de ne pas suivre nombres de commentaires.


Clairement le propos des "pro" incendie ci dessus est louable et même étonnant tellement cela semble "lissé" (ouiai je fait de la sécu incendie option maçon mwoa!)


je suis conscient que nos amis de syndicats d'entreprise ne nous veux pas que du bien (en sécu incendie), mais je trouve particulièrement anormal que l'on ne demande pas une "moralité " a un
agent de sécu incendie ou un chargé de sécu, ou un conseiller en sécurité incendie.


Je ne demande pas a ce que les ssiap dépandent du cnaps évidemment, mais une refonte des méthodologies du contrôle de cette profession (si elle  veut en être une , il faurait déja allez
porté la bonne nouvelle aux officiers de bureaux prev et aux responsables de sdis)


je défend l'idée de séparation depuis le début, mais au lieu d'attaquer la base du problème liées a la sécurité incendie (contrôles de ces derniers, reconnaissance au prés des SP, déja là il
 y a du taf, cohérence des missions et contrôle sur terrain de la réalité) les  "pro" incendie se sont mis martele en tête d'attaquer la profession de sécurité privé de la base jusqu'en
haut.


Comme si la sécurité privé était constitué de sous homme.


 


Je trouve le fond des actions du loobyng ssiap totalement louable, mais pas la forme , et cela depuis le début.


Je trouve que tout cela a manqué énormément d'humilité.


On pourra donner tout les chiffres, argumenter a l'infini.


la vrai question , c'est , que faisons nous  pour améliorer les choses?


 

JL 19/11/2013 00:11


Bonsoir,


Il ne faut pas mélanger les choses.


L’utilisation des agents de sécurité est généralement limité aux endroits où les employés habituels auront trop de mal à assumer la surveillance des installations en plus de leur taches
habituelles.


Faisons un tour dans le Décret n°97-46
du 15 janvier 1997 relatif aux obligations de surveillance...


Comment voulons-nous qu’une caissière surveille les rayons d’une grande surface pendant qu’elle encaisse les achats des clients ?


Maintenant faisons un tour dans le décret du 31 mai 1997 relatif à la mise en place de services d'ordre par les
organisateurs de manifestations sportives, récréatives ou culturelles à but lucratif. 


Est-ce à l’arbitre de siffler les spectateurs violents en les montrant un carton rouge et en indiquant la sortie du stade ?


Puis faisons un tour dans le décret du 3 mai 2002 …relatif à certains rassemblements festifs à caractère
musical.


C’est sûr que ce n’est pas le DJ qui va surveiller les fêtards !


Alors nous donnons ça à qui ?


La sécurité privée, naturellement.


Maintenant lisons tous ce que doit savoir un agent de prévention et de sécurité pour l’application de tous ces décrets (l’arrêté du 03 aout 2007) et nous comprendrons que ce n’est pas la
caissière, ni l’arbitre et encore moins le DJ qui vont être habilités à le faire.


Par contre l’électricien dans son atelier (tout comme le boulangé dans sa boulangerie, ou la fleuriste dans sa boutique, ou le coiffeur dans son salon) est responsable pour son matériel lui-même
et il est sensé être capable de le contrôler pendant ses horaires du travail.


Ce n’est pas parce qu’un électricien a des notions de la plomberie et un plombier des notions de l’électricité que le plombier cesse d’être un plombier et l’électricien cesse d’être un
électricien. Ce n’est pas non plus parce qu’un agent de sécurité arrière caisse est capable de dire à un client où se trouve le rayon surgèles qu’il cesse d’être un agent de sécurité.


Le livre VI du CSI (ou la loi du 12/07/83 si vous préférez) et la carte professionnelle est pour les professionnels de la sécurité qui font :


de la surveillance des biens,


du transport de fonds,


de la protection de personnes


des recherches


et rien d’autre !


 


Cordialement,

DavidB 19/10/2013 08:34


Je suis du même avis que vous K9
Puis quand tout le monde aura pris en compte que chaque salarié à un rôle de surveillance des biens et locaux de sa société alors peut être qu'on arrêtra avec les conneries!


Exemple: l'électricien se fait voler du matos pendant qu'il travaille, il se prend un avertissement par son employeur. Mais dans le même temps la loi dit que pour faire de la surveillance de
locaux il faut une autorisation du CNAPS, une formation CQP, Y COMPRIS LORSQU'ON SOUHAITE SURVEILLER LES BIENS DE SA PROPRE SOCIÉTÉ!   J'imagine l'électricien dire à son patron: Ce
n'est pas de ma faute, je ne peut pas surveiller notre société et notre matériel, je n'ai pas de carte pro!


Mais l'exclusivité permet à beaucoup de s'assurer un chiffre d'affaire et une petite vie bien conformtable!


Ils doivent bien rigoler intérieurement de la stupidité de nos dirigeants et délégués à ceci et cela en charge de prendre des décisions totalement absurdent!

k9 18/10/2013 19:31


le monopole doit être interdit en France