Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 09:00

Dans le cas d'espèce, (Cour d'appel de Paris  pôle 6- chambre 4 , Audience publique du mardi 8 avril 2014  N° de RG: 13/04946 ), il y a eu:

Une note de service qui demandait d'effectuer désormais et jusqu'à nouvel ordre, des rondes ponctuelles entre chaque ronde pointée et de les notifier sur la main courante ; 

 - La feuille de vidage des pointeaux confirme que seuls les départs et retours de ronde PCS ont été effectués sans que figure aucun pointeau intermédiaire ni ronde intermédiaire ; 

Un rapport d'incident indique que Monsieur Y..., chef de poste, confirme que lui-même et Monsieur X... ont fait chacun les deux rondes mais a reconnu que les deux autres rondes « à vue passage » n'ont pas été faites, ce qui établit que les deux salariés avaient bien connaissance de la note de service demandant des rondes intermédiaires, Monsieur Y...ayant seulement indiqué qu'il ne se considérait pas responsable de l'agent avec qui il travaille.

 

La Cour considère que sans être constitutif d'un manquement empêchant la poursuite du contrat de travail pendant l'exécution du préavis, Monsieur X... a commis une faute en n'effectuant pas les rondes intermédiaires et que le licenciement est justifié non pas sur une faute grave mais sur une faute simple.

Partager cet article

commentaires

JL 02/06/2014 14:57


Bonjour,


Ce qui me trouble le plus en tout ça n’est pas l’histoire des rondes non-effectués, mais que le chef de poste ne reconnaissait pas sa position de responsabilité par rapport à l’autre agent. Ceci
est un problème de gestion/management que nous rencontrons souvent auprès de beaucoup de chefs d’équipes/postes.


Il y a trop d’agents qui croient qu’être chef d’équipe n’est qu’une manière de se faire payer plus pour faire le même travail. Justement ce n’est pas de tout le même travail ! En passant
chef d’équipe/poste les agents « d’exploitation » deviennent des « agents de maitrise ». Un agent de maitrise est un manager ! Etre manager implique avoir une certaine
responsabilité. Ce chef de poste est censé apporter une véritable appuie à son chef de site, ou secteur.


Il me semble que dans la formation (ou nomination) des chefs d’équipes/postes nous ne faisons pas assez pour sensibiliser ces nouveaux « managers » à ce que représente leur nouveau
coefficient. Un effort supplémentaire semble nécessaire pour qu’ils comprennent qu’ils ne font plus partie du band de copains. Chaque agent qui passe chef doit accepter que les rapports avec ses
collègues vont forcement changer. Ceci ne veut pas dire qu’une ambiance pourrie va s’installer entre eux, mais simplement que chacun doit laisser la place à l’autre de s’exprimer dans son rôle.


Avec les managers mieux sensibilisés à la nature de leur rôle nous aurons plus de facilité à faire appliquer les consignes (de rondes ou autres).


 


Cordialement,

83-629 02/06/2014 18:04



Oui en effet, je vous rejoint dans votre analyse, beaucoup de "chef de poste" ou "chef d'équipe" ne prennent pas leurs rôles au "sérieux"