Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 07:54
Jamil Horchani est le propriétaire de l’hôtel Horchani.
 

Il était 13 h quand les 'barbus' ont défoncé les portes de l’hôtel. Certains sont montés directement dans les étages et ont pillé les chambres, d’autres sont allés détruire les cuisines et les derniers se sont attaqués au bar. Ils ont tout cassé et m’ont même volé de l’argent et des objets personnels, habitant moi-même dans l’hôtel. Les clients étaient traumatisés. Nous avons même emmené à l’hôpital un couple de touristes qui étaient sous le choc.
 
Les caisses d'alcool jetées dans la fontaine de la cour. Photo envoyée par le propriétaire de l'hôtel.
 
"Malgré les menaces, les pouvoirs publics m’avaient encouragé à ne pas fermer mon bar, me disant qu’ils assuraient ma sécurité"
 
Ce n’est pas la première fois que les salafistes s’en prennent à mon hôtel. Quelques jours avant le ramadan, en juillet, ils étaient venus pour me menacer de mort. Ils m’avaient prévenu que si je continuais à servir de l’alcool, ils s’en prendraient à moi et à mon hôtel. J’avais alors porté plainte et le procureur de la république avait lancé une enquête qui, vraisemblablement, n’a abouti à rien… J’ai reconnu des visages qui étaient déjà passé il y a un mois et demi. Ils agissent en toute impunité.
(...)
"J’envisage de payer une société de sécurité privée, comme en Irak"
 
Aujourd’hui, je me sens complètement abandonné par les autorités et la police. Hier, nous avons appelé le commissariat dès qu’ils sont entrés dans l’hôtel. Les salafistes sont restés plus de 30 minutes à tout détruire et la police n’est arrivée qu’après leur départ.
 
J’envisage sérieusement de payer les services d’une société de sécurité privée, comme cela se fait en Irak, pour surveiller mon établissement. Si plus personne n’est capable d’assurer notre sécurité, nous allons tous être amenés à embaucher des milices pour nous défendre.

Partager cet article

Publié par 83-629 - dans Revue de Presse
commenter cet article

commentaires