Le blog de la sécurité privée

Signalement IGPN : Formulaire "en ligne" pour contacter la "police des polices"

2 Septembre 2013 , Rédigé par 83-629 Publié dans #Actualité-Réglementation Sécurité privée

- Vous estimez être victime ou témoin d'un comportement susceptible de mettre en cause des agents affectés dans un service de la police nationale, ce formulaire vous permet de le signaler. Votre déclaration, qui ne constitue pas un dépôt de plainte, sera traitée dans les meilleurs délais.

 

- Vous devez obligatoirement vous identifier à l'aide du formulaire ci-dessous pour effectuer un signalement. En cas d'urgence, contactez le 17.

 

- Toute dénonciation mensongère sera systématiquement signalée à l'autorité judiciaire aux fins de poursuites et pourra, le cas échéant, faire l'objet d'une plainte du ministère de l'intérieur : l’article 226-10 du Code Pénal dispose en effet que « la dénonciation, effectuée par tout moyen et dirigée contre une personne déterminée, d'un fait qui est de nature à entraîner des sanctions judiciaires, administratives ou disciplinaires et que l'on sait totalement ou partiellement inexact, lorsqu'elle est adressée soit à un officier de justice ou de police administrative ou judiciaire, soit à une autorité ayant le pouvoir d'y donner suite ou de saisir l'autorité compétente, soit aux supérieurs hiérarchiques ou à l'employeur de la personne dénoncée, est punie de cinq ans d'emprisonnement et de 45 000 € d'amende. ».

 

 

http://www.police-nationale.interieur.gouv.fr/Organisation/Inspection-Generale-de-la-Police-Nationale/Signalement-IGPN

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ben rouijal 03/11/2020 18:32

Je suis passer en confrontation avec mon agresseur il avait un témoin et il l'ont meme pas appeler devant moi

Elattaoui philippe 20/09/2019 17:06

Je me suis fait contrôler par deux agents au mois d'août 2017 l'un deux ma menotté puis roue de coups au visage il m'a même cassé des dents, je suis passé en jugement et il a prétendu une itt de moins de huit jours,i i n'y a eu ni rébellion ni acte de violence de ma part,au jugement j'ai était déclarer coupable, depuis le mois de février je suis enfermé en hophôpi psychiatrique, je demande votre intervention pour que justice de fasse.

Helio breno 30/03/2019 07:01

on fais comment pour les bavure policier ?

Helio breno 30/03/2019 07:00

alors je suis de cordes sur ciel je me suis fais tabassé par des policiers gendarme 2 policé de la bac sont rentré chez moi sans aucun mandat après avoir menacé ma mere avec son arme de point après avoir terrorisé ma soeur de 6 ans mon petite frère de 3 ans je me suis fais trené jusque-là voiture des jens d'arme atacheé devant leur voiture 3 voiture ce sont entouré chez moi 2 devant une derier je me suis fais sortir de chez moi un samedi matin a 8h14 tabassé accusé de plein de chose alors quil cherché mon frere alors on fais comment pour les bavure policier ? j'ai encore le bras cassé je me suis fais menacé par 2 policier femme après m'avoir enfermé dans une cave a vim en haute de cordes sur ciel merci de me répondre me donne rdv je sais pas quoi faire quel que chose voila quoi elle es ou la justice ?

Ben amara Mourad 12/10/2018 14:18

Plaintes pour Propos raciale est agression avec humiliation sur ma personne . merci de me donner un rdv avec mes salutations les meilleures

Ben amara Mourad 12/10/2018 14:12

Besoin d'un rdv pour déposée plaintes

ANGOT 16/11/2016 21:25

N'AYANT PAS RECU D'ACCUSE DE RECEPTION DU SITE INTERNET CENSE ETRE LE SITE OFFICIEL DE L'IGPN, EVIDEMMENT C'EST LES ELECTIONS PRESIDENTIELLES, JOYEUX YOPUGKIPPOUR!

à igpnsignalement@
interieur.gouv.fr
date 16/11/16 19:52
objet Plainte
pièce(s) jointe(s) 1 fichier(s) envoi d'un ...pdf (98.89 ko)
Date: Wed, 16 Nov 2016 19:52:07 +0100 (CET)
From: Angot Sebastien
ReplyTo:
Angot Sebastien
To: igpnsignalement@
interieur.gouv.fr
MessageID:

Subject: Plainte
MIMEVersion:
1.0
ContentType:
multipart/mixed;
boundary="=_
Part_13031_1165669684.1479322327681"
XMEbouncedomain:
orange.fr
XOriginatingIP:
[90.56.167.226]
DispositionNotificationTo:

XWUMFROM:
|~|
XWUMTO:
|~|
XWUMREPLYTO:
|~|
Madame, Monsieur,
Je vous informe par la présente lettre que je suis victime de harcèlement et d'accusations
mensongères d'un prétendu agent du ministère public de la police nationale de Dijon.
Je vous joins le texte du courriel que je lui réponds ce soir cidessous
et en pièce jointe, le courriel
avec l'entête
détaillée:
Vous en souhaitant bonne réception,
Avec mes meilleures salutations.
Sébastien ANGOT
"Mon cher Monsieur,
Major MATLOSZ,
Je ne comprends pas votre revendication déplacée et injuste, qui peutêtre
laisse apparaître une
orientation personnelle vers les personnes que je poursuis par le Tribunal de Grande Instance de
Dijon dans une plainte déposée en main propre le (à vos dires) 17/10/2016. Vous revendiquez une
prétendue absence de courtoisie, mais dans vos messages téléphoniques laissés en mon
absence sur mon répondeur, vous dîtes vous nommer, tantôt, et phoniquement "MATELOT",
"MATOSSE", et vous leissez un numéro de téléphone mobile, dont je n'ai pas la possibilité de
vérifier l'identité y étant associée; pour en vérifier les propos de vos messages, j'ai donc, par
crainte, contacter à chacune de vos demande le commissariat de police de Dijon, qui,
probablement pour des raisons de mauvaises prononciations de votre identité sur les messages
que vous avez laissés sur mon répondeur téléphonique, m'a affirmé que vous ne faisiez pas ou
plus partie des effectifs de police nationale du commissariat de Dijon.
Voilà donc la raison de notre tardive communication. De plus, vous indiquez sur votre convocation
laissée ce matin dans ma boîte aux lettres, le numéro de téléphone d'une femme, dont je ne
connais ni l'appartenance aux services de police (car sur ce répondeur elle n'en fait pas la
précision); et je lui ai donc laissé un message vocal pour l'informer de la situation au numéro
indiqué sur cette convocation, le 0380445545.
Pour finir, dans votre message précédent ma réponse (cidessous),
le numéro de téléphone fixe
que vous indiquez ne comporte que 8 chiffres soit le "03805545".
contenu du message
En l'occurence, j'en déduis devant vos abjectes remarques et usages, semblant s'apparentés à du
vice de forme manifeste destiné à me mettre en porte à faux vis à vis des services judiciares, que
vous semblez être de mauvaise composition et orientés vers l'intérêt des gens que je poursuis
dans cette plainte, plainte qui reflète dans sa consitance, une apparente association de malfaiteurs
en bande organisée.
Dans ces conditions, je refuse d'être auditionné par vous, ni par qui que ce soit qui pourrait être
orienté vers votre intérêt, et je préviens les services judiciaires de votre ton et vos manières
intimidantes ressemblant à des menaces dissimulées.
Je vous prie donc ne plus prendre contact avec moi dans cette affaire jusqu'à sa réolution
complète par les services juridiques et judiciaires compétants, malgré le caractère "URGENT" que
vous semblez indiquez dans votre convocation écrite déposée à vos dire dans ma boîte aux lettres
le 16/11/2016.
Avec mes meilleures salutations.
Sébastien ANGOT
adresse mail: angot_sebastien@orange.fr
Tél.: 03 80 47 09 13 ou 03 25 90 32 47"
Sébastien ANGOT
adresse mail: angot_sebastien@orange.fr

guennou valerie 27/06/2016 16:10

c'est quoi ce blog , quel chose d'officiel ? car ce que j'ai lu comme commentaire c'est pas terrible!

guennou valerie 27/06/2016 16:04

Bonjour,
Hier lundi 26 juin, ma fille âgée de 19 ans à appeler le comissariat de courbevoie pour lui demander d'intervenir car je lui est demander de quitter la maison;A savoir ma fille ne revient a la maison que pour prendre ses affaire ou ramener des copains a la maison tout les jours. Je n'en peut plus. J'ai eut la surprise de voir arriver 4 policiers pas trés aimable envers moi ( c'est le moins que l'ont peut dire). 2 sont partis dans la chambre avec ma fille et 2 sont restés avec moi dans le salon. J'avais une cigarette à la main qu'ils mon fait éteindre de force alors que j'étais chez moi. On ma traiter comme de la merde (exuser moi) et un policier ma hurler dessus juste devant l'ascenseur . J'ai essayer de savoir pourquoi ce jour en téléphonant au commissariat de courbevoie. On m'a dit que c'étais normal et on m'a racrochez au nez. J'ai retéléphoner au commissariat et une jeune femme m'a repasser la meme personne alors que je demandais un responsable. Bien sur idem. Je ne sais plus quoi faire face à un commissariat qui se croit tout permis.
Merci de me répondre

messager 06/05/2016 13:06

Adore allah unique que allah est le seul sans fils decouvrir l islam et attention il existe un tourment mondiale va detruir la mécréance informer votre famille ou amis ou la police

messager 06/05/2016 13:05

Adore allah unique que allah est le seul sans fils decouvrir l islam et attention il existe un tourment mondiale va detruir la mécréance informer votre famille ou amis ou la police

DUPRE 13/11/2015 14:07

Le mardi 10/11/2015 à 18h28, je vous avais adressé un message pour lequel je n'ai reçu aucun accusé de réception ou mail attestant de l'envoi de ce message et de sa réception par vos services.
Sur le conseil d'une personne de vos services, je vous le réadresse afin d'avoir la certitude que vous l'avez bien.

le voici: mon prénom est Gilles.
Ce jour du mardi 10 novembre 2015, à 16h09 -heure qui figure sur le papier qui m'a été remis-, alors qu'un agent SNCF -une femme d'après le papier- controlait si j'étais en règle pour voyager, j'ai perdu connaissance et ai fait une crise d'épilepsie dont je ne me souviens absolument pas mais que je ne nie nullement. Alors que nous arrivions à la Gare du Nord et que je ne me souvenais pas d'avoir été controlé et que je reprenais connaissance, c'est moi qui ai demandé aux agents s'ils avaient bien vu mon Pass' Navigo et si j'étais en règle pour eux en leur sortant ledit Pass'. Et là, tout s'est passé très vite. Les agents m'ont répondu "on vous connait", ce qui, pour moi, ne signifiait rien.
J'ai toujours mon Pass' pour une raison simple, c'est que j'effectue tous mes déplacements en train, précisément parce que je n'ai pas le permis de conduire au motif, justement, que, à quelqu'un comme moi qui ai des crises d'épilepsie, les médecins le déconseillent très vivement -s'il m'arrivait, par exemple, d'avoir une crise en étant au volant-. J'ai donc expliqué ceci -que j'étais épileptique de naissance- premières crises à l'àge de six mois- et ai sorti un papier que j'ai -précisément pour le cas où ça m'arrive hors de chez moi- toujours avec moi où il est noté -je cite- "que je suis traité pour épilepsie par "Dépakine" et "Rivotril", "traitement à ne jamais interrompre", est-il ajouté.
J'ai montré ce papier aux agents, leur ai indiqué que j'avais un dossier médical avec mes EEG (Electro Encéphalo-Grammes) et tous les papiers attestant que j'étais atteint de cette maladie qui se soigne par un traitement quotidien mais dont on ne guérit pas. Je peux ne pas faire de crise pendant un an puis en faire deux en l'espace d'un mois, par exemple -je leur ai donné les coordonnées de mon médecin traitant, le Docteur ROSELIER au 01.39.91.01.01- en prenant les éléments que je leur donnais ou mème en me demandant de leur ramener mon dossier médical dans lequel ils auraient vu le traitement contre l'épilepsie sans discontinuer ou encore les électro encéphalo-grammes et tout ce qui atteste que je suis bien atteint de cette maladie -comme je leur ai proposé- . Mon employeur, par exemple, est au courant. Mon pharmacien, la pharmacie de la gare ou pharmacie LEWIS, chez qui je vais chaque mois renouveler mon traitement aussi. La pharmacie a pour coordonnées le 01.39.83.37.41. Il y a quelques années, un samedi après-midi, alors qu'il faisait chaud et que je revenais du travail, j'ai eu une violente crise d'épilepsie dans le métro sur la ligne 9. Ce jour-là, je suis tombé par terre et me suis débattu -convulsions- et, alors que j'avais totalement perdu connaissance et que je faisais une crise, deux filles entre la fin de l'enfance et le début de l'adolescence, ont, de ce qu'elles ont dit, été victimes de coups de ma part alors que je me débattais au sol dans la rame en ayant totalement perdu connaissance. J'avais expliqué la mème chose et produit des papiers médicaux que l'on me demandait.
J'adresse à cette femme controleur de la S.N.C.F. toutes mes excuses comme je l'ai dit mardi aprés-midi en répétant que tout ce qui a pu se passer, certes, s'il y a eu de ma part , des "tapotements et des gestes déplacés" -je reprends les termes du papier que j'ai sous les yeux- , n'était, bien sùr, pas logique, mais était totalement involontaire de ma part car fait alors que j'avais une crise -J'ai 54 ans et ne me vois pas faire spontanément, en ayant connaissance, de tels gestes, n'étant pas atteint de pédophilie ou d'aucune autre "maladie" obsessionnelle de ce genre.
Je n'ai JAMAIS été coupable d'attouchement et suis persuadé que ça ne fera JAMAIS partie de mon monde, de mon univers...
Je me demande, du reste, pourquoi un agent homme, parmi ses collègues présents, n'est pas intervenu en pareille situation, pour stopper mes gestes ou pour s'interposer comme "bouclier" entre elle et moi... Je me tiens à votre disposition pour tout renseignement complémentaire qui vous serait utile et vous adresse mes salutations.
Je suis joignable au 06.21.45.43.32.

DUPRE 12/11/2015 16:35

Du commentaire que je vous ai adressé ce jeudi 12/11/2015 à 11h51, j'ai reçu DANS LA MINUTE qui suivait, un mail provenant de l'équipe OverBlog. Or, quand je vous ai adressé mon mail le mardi 10/11 à18h28, je n'ai pas reçu pareil mail. Avez-vous reçu mon mail de ce mardi ?? -de 47 lignes- ?? Ou y a-t-il eu un problème technique quelconque et dois-je vous le ré-adresser ??

DUPRE 12/11/2015 11:51

Le mardi 10 novembre 2015 vers 16h00, j'ai été controlé dans le train de la ligne H...Je suis monté à Epinay-Villetaneuse pour aller à la Gare du Nord. Lors du controle, je ne me souviens de rien car j'ai été victime d'une crise d'épilepsie et j'ai totalement perdu connaissance. J'ai eu des convulsions dont la femme qui me controlait a été la victime malgré moi étantbtotalement inconscient

DUPRE 10/11/2015 18:28

Mon prénom est Gilles.
Ce jour du mardi 10 novembre 2015, à 16h09 -heure qui figure sur le papier qui m'a été remis-, alors qu'un agent SNCF -une femme d'après le papier- controlait si j'étais en règle pour voyager, j'ai perdu connaissance et ai fait une crise d'épilepsie dont je ne me souviens absolument pas mais que je ne nie nullement. Alors que nous arrivions à la Gare du Nord et que je ne me souvenais pas d'avoir été controlé et que je reprenais connaissance, c'est moi qui ai demandé aux agents s'ils avaient bien vu mon Pass' Navigo et si j'étais en règle pour eux en leur sortant ledit Pass'. Et là, tout s'est passé très vite . Les agents m'ont répondu "on vous connait", ce qui, pour moi, ne signifiait rien. J'ai toujours mon Pass' pour une raison simple, c'est que j'effectue tous mes déplacements en train, précisement parce que je n'ai pas le permis de conduire au motif, justement, que, à quelqu'un comme moi qui ai des crises d'épilepsie, les médecins le déconseillent très vivement -s'il m'arrivait, par exemple, d'avoir une crise en étant au volant ...J'ai donc expliqué ceci -que j'étais épileptique de naissance -premières crises à l'age de six mois- et ai sorti un papier que j'ai -précisement pour le cas où ça m'arrive hors de chez moi- toujours avec moi où il est noté -je cite- "que je suis traité pour épilepsie par "Dépakine" et "Rivotril", "traitement à ne jamais interrompre", est-il ajouté. J'ai montré ce papier aux agents, leur ai indiqué que j'avais un dossier médical avec mes EEG (Electro Encéphalo-Grammes) et tous les papiers attestant que j'étais atteint de cette maladie qui se soigne par un traitement quotidien mais dont on ne guérit pas. Je peux ne pas faire de crise pendant un an puis en faire deux en l'espace d'un mois, par exemple. Mais ces agents n'ont pas voulu écouter ce que je leur disais ou, par exemple -je leur ai donné les coordonnées de mon médecin traitant, le docteur ROSELIER au 01.39.91.01.01- en prenant les éléments que je leur donnais, ou mème en me demandant de leur ramener mon dossier médical dans lequel ils auraient vu le traitement contre l'épilepsie sans discontinuer ou encore les électro encéphalo-grammes et tout ce qui atteste que je suis bien atteint de cette maladie-comme je le leur ai proposé- .
Mon employeur, par exemple, est au courant. Mon pharmacien, la pharmacie de la gare ou "pharmacie LEWIS", chez qui je vais chaque mois renouveler mon traitement, aussi -La pharmacie a pour coordonnées le 01.39.83.37.41.
Il y a quelques années, un samedi après-midi, alors qu'il faisait chaud et que je revenais du travail, j'ai eu une violente crise d'épilepsie dans le métro sur la ligne 9. Ce jour-là, je suis tombé par terre et me suis débattu et, alors que j'avais totalement perdu connaissance et que je faisais une crise, deux filles entre la fin de l'enfance et le début de l'adolescence, ont, de ce qu'elles ont dit, été victimes de coups de ma part alors que je me débattais au sol dans la rame en ayant totalement perdu connaissance. J'avais expliqué la mème chose et produit des papiers médicaux que l'on me demandait .
J'adresse à cette femme controleur de la SNCF toutes mes excuses comme je l'ai dit cet après-midi en répétant que tout ce qui a pu se passer, certes, s'il y a eu de ma part des "tapotements et des gestes déplacés" -je reprends les termes du papier que j'ai sous les yeux-, n'était bien sùr pas "logique" mais était totalement involontaire de ma part car fait alors que j'avais une crise...-J'ai 54 ans et je ne me vois pas faire spontanément en ayant connaissance de tels gestes, n'étant pas atteint de pédophilie ou d'aucune autre "maladie obsessionnelle" de ce genre...
Je me demande, du reste, pourquoi un agent homme parmi ses collègues n'est pas intervenu en pareille situation.
Je me tiens à votre diposition pour tout renseignement complémentaire qui vous serait utile et vous adresse mes salutations. Je suis joignable au 06.21.45.43.32.