Le blog de la sécurité privée

Le grand changement sur les armes dans la sécurité privée: Arme à feu, matraque, lacrymogène, ...

1 Mars 2017 , Rédigé par 83-629 Publié dans #actusecu, #veille

Voilà, avec la parution de la LOI n° 2017-258 du 28 février 2017 relative à la sécurité publique , l'état à crée 2 grandes catégories d'agents de sécurité qui pourront être armés (je ne parle pas des convoyeurs de fond, des gardes du corps ni de la protection maritime embarquée):

- Les agents de sécurité équipés d'armes à feu: de catégorie B.

Ce seront des agents de sécurité armés liés à des circonstances exposant ces agents ou les personnes se trouvant dans les lieux surveillés à un risque exceptionnel d’atteinte à leur vie. Il faudra bien entendu l'autorisation du préfet pour ce port d'arme.

Ce sera le cas par exemple pour Disneyland Paris, Charlie Hebdo ou encore Aréva.

Cette activité sera exclusive à toute autre activité (comme pour les gardes du corps).

Un décret devra sortir pour préciser les modalités d’application de ces agents de sécurité armés.

 

- Les agents de sécurité équipés d'armes non-létales: de catégorie D.  [ Mais possible qu'à partir du 1er janvier 2018 ]

Là ce sera possible pour tout agent de sécurité assurant la surveillance humaine ou la surveillance par des systèmes électroniques de sécurité ou le gardiennage de biens meubles ou immeubles ainsi que la sécurité des personnes se trouvant dans ces immeubles ou dans les véhicules de transport public de personnes.

Ces agents de sécurité pourront-être équipés de matraque/Tonfa/Lacrymogène (on attend un décret qui précisera les armes de catégorie D possible).

Il sera certainement obligatoire de demander une autorisation de ce port de type d'arme au préfet (On attend là aussi un décret qui le précisera ... l'état aura jusqu'au 1er janvier 2018 pour le sortir !)

 

 

 

 

Le grand changement sur les armes dans la sécurité privée: Arme à feu, matraque, lacrymogène, ...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

anonimus 15/04/2017 09:49

Le problème qui va se poser, c'est que la surveillance armée se fait en binôme au minimum. Vous ne voyez pas de force de l'ordre surveiller un lieu par un seul agent ou un seul militaire. Confier une arme à un seul agent de sécurité isolé (même un tonfa), c'est prendre un bien gros risque de voir l'arme passer dans les mains de l'agresseur avec toutes les conséquences qui vont avec. Y aura-t-il deux agents par site obligatoirement? Cela reviendra trop cher! J'invite les amateurs de tir à faire une séance dans un club avec un 44 spécial chargé en 240 grains histoire de comprendre ce que peut faire une arme! Il faut analyser les situations et prendre les bonnes décisions sinon se sont des morts au final!

dam 14/03/2017 07:48

je pense que c'est une bonne chose mieux vaut faire face à l'imprévu meme si c'est rare

Davi 05/03/2017 01:22

Great article

Ramirez 01/03/2017 15:08

Je ,suis d'acord

Planat 01/03/2017 12:14

Je travaille dans une université et les étudiants ce moque de nous et s'amuse à cacher des ex :
Couteau divers chose et vus que on a que le droit au regard visuel et qu'il refuse la fouille il nous réponde si sert à rien ce que vous faites

cyber66 02/03/2017 20:49

pour commencer éviter le mot fouille qui existe pas dans la sécurité ,tu l'as eu ou ton CQP dans une pochettes surprise

83-629 01/03/2017 13:04

voir avec votre responsable pour marche a suivre en cas de refus de fouille du sac , ou du moins vidé leur sac