Le blog de la sécurité privée

SSIAP et Sécurité Privée: Un nouveau député interpelle la ministre (Fonction publique)

3 Décembre 2019 , Rédigé par 83-629 Publié dans #Sécurité incendie-sécurité privée

Après les questions de cette députée LFI (Cliquez), et de cette députée du groupe LT(Cliquez), un nouveau député, mais cette fois-ci de LREM, sur le sujet des SSIAP dans la fonction publique !

 

Question N° 24914 du député M. Stéphane Mazars (La République en Marche - Aveyron )

Question publiée au JO le : 03/12/2019 

 

Texte de la question


M. Stéphane Mazars appelle l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la situation des agents de la fonction publique hospitalière exerçant leurs missions au sein des services de sécurité incendie et d'assistance aux personnes (SSIAP) dans les hôpitaux.

Ces agents de l'ombre, car souvent invisibles pour le grand public, sont pourtant des acteurs clés de l'hôpital qui garantissent la sécurité des personnes et des biens à travers des missions bien spécifiques telles que la prévention des incendies et des actes de malveillance, la vérification périodique et la surveillance de l'ensemble des équipements de sécurité incendie, des rondes quotidiennes pour s'assurer de la bonne sécurité des occupants des bâtiments, le traitement de l'alarme ou du sinistre dans le respect des procédures ou encore la formation du personnel au risque incendie, etc... Chacune de leurs interventions doit faire l'objet d'un rapport destiné à la hiérarchie ou aux services publics de sécurité.

Depuis plusieurs mois, les agents publics de sécurité incendie dénoncent des conditions de travail rendues de plus en plus difficiles et regrettent un manque de reconnaissance du fait des nombreuses missions qu'ils sont amenés à exercer au sein de l'hôpital public, alors que celles-ci ne relèvent ni de leurs attributions réglementaires, ni de leur champ de compétences. En effet, les agents de sécurité incendie sont régulièrement en première ligne pour gérer, notamment dans les services d'urgence, des situations imprévisibles de tension, d'agression, et de violence, pouvant aller jusqu'à des atteintes inadmissibles portées à leur intégrité physique par des patients ou des visiteurs et des menaces de mort proférées à leur encontre et à celle de leur famille.

Ce constat, observé sur l'ensemble du territoire national, est confirmé par l'Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS) qui, dans son rapport 2019, admet que les missions des agents des services sécurité incendie se déportent de plus en plus sur des missions de sûreté. Près d'un tiers des signalements pour violences dans les établissements de soins requièrent une intervention des agents du PC sécurité incendie. L'évolution des missions dévolues aux agents de sécurité incendie de la fonction publique hospitalière les expose à de réels dangers qu'il convient de prendre en considération.

Aussi, pour une pleine reconnaissance du métier et des risques encourus au quotidien, il souhaite connaître les mesures que le Gouvernement envisage de mettre en place.

En outre, il l'interroge précisément sur la possibilité d'étendre à l'ensemble des personnels des SSIAP le bénéfice de « l'indemnité forfaitaire de risque », allouée à certains agents hospitaliers affectés dans les structures de médecine d'urgence depuis le 1er juillet 2019.

Texte de la réponse

En attente

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

crockett 03/12/2019 10:20

Ceci n'est pas une nouveauté en soi, beaucoup établissements publics ou privées prennent des SSIAP pour des APS afin de pouvoir faire des économies.
Le CNAPS devrait informer les chefs établissements que c'est illégales et passible de sanction

Leclerc 07/12/2019 08:01

On se demande à quoi sert le règlement du 25 juin 1980