Profil

  • 83-629
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS
  • Passionné de la sécurité privée - Titulaire de la licence professionnelle "Sécurité des biens et des personnes option management" à l'Université Paris Descartes / SSIAP 1 à 3 / BP ATPS et CAP APS

Actu' en live

Recherche

13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 09:39

Je vous invite à lire cette "photographie" d'un oeil exterieur du monde de la sécurité privée, sur les premiers pas du CNAPS en France. J'ai eu l'honneur de rencontrer M. Ocqueteau pour lui donner "ma vision" de la sécurité privée.

 

Quelques passages citant le blog:

 

- Le 14 mars 2013, pour l’auteur bien informé du blog de la sécurité privée 83-629, dont l’ironie peut parfois se faire acide et faire grincer pas mal de dents : l’ANAPS, qui pour les autorités devaient s’adresser d’une seule voie pour le bien de la profession, alors qu’elle n’aurait jamais été qu’une succursale de l’USP a fait pschitt… http://www.83-629.fr/article-l-anaps-une-organisation-qui-fait-pssshit.

 

- Prophète de malheur, le blog justicier 83-629 enfonce le clou sur l’effet pervers lié à un attentisme toujours de mise à ce sujet. Le 10 avril 2013, il note ce que provoque la tentation pour les entreprises de contourner les règles en créant de « fausses entreprises de sécurité incendie pures » pour ne pas avoir à embaucher d’ASP (http://www.83-629.fr/article-quand-une-societe-de-securite-incendie-pure-se-fait-condamner-pour-une-non-reprise-d-agents-de-sur- 116947265.html). En réalité, la jurisprudence épinglée donne moins à comprendre cette conséquence perverse (tentation de contourner une loi restant indécise pour une entreprise) qu’à étayer un argument de mauvaise foi de la part d’un entrepreneur condamné pour avoir voulu justifier d’une reprise illégale de salariés en les distinguant selon leurs différentes qualifications.

 

 

Bonne lecture ,

Et encore merci à M. Ocqueteau de suivre et d'apprécier le blog 83-629 !

 

---------------------------------------------------------------

Résumé:

Ce rapport retrace la genèse du Conseil National des Activités Privées de Sécurité créé par le décret du 21 décembre 2011 s’inscrivant lui-même dans l’article 31 de la LOPPSI du 14 mars 2011. Il en situe l’émergence dans une histoire longue de la régulation du secteur depuis la loi fondatrice de 1983. Il montre les raisons politico-administratives qui ont conduit à prendre acte des défaillances préfectorales à ce sujet, et par suite, à vouloir changer radicalement de formule de régulation.

 

Aiguillonné par la Délégation Interministérielle à la Sécurité Privée (DISP) instituée en 2010, le CNAPS est devenu un établissement public sous la tutelle du ministère de l’Intérieur jouant désormais comme un « guichet unique » pour délivrer et renouveler les titres et autorisations d’exercice des salariés et dirigeants des entreprises de sécurité.

 

Les organisations patronales sont présentes au sein du Collège d’orientation du CNAPS et « cogèrent » le dispositif au sein de ses neuf déclinaisons en métropole et outre-mer (CIAC et CLAC : commissions interrégionales [et locales] d’agrément et de contrôle). On y examine les situations économiquement et juridiquement litigieuses en surveillance humaine, électronique, sécurité fiduciaire, sûreté aéroportuaire, agences de recherche privée, sous la supervision de la CNAC (commission nationale d’agrément et de contrôle, dirigée par deux magistrats de l’ordre administratif et judiciaire).

 

Le nouveau dispositif ne grève aucunement les finances publiques puisque non seulement il a délesté les préfectures de cette tâche, mais aussi parce qu’il emploie 214 agents rétribués sur prélèvement d’une taxe ad hoc acquittée par le secteur et par le produit des amendes.

 

Le rapport explore enfin, par le biais de diverses incursions locales de l’auteur et une série d’entretiens avec bon nombre d’acteurs et témoins privilégiés de cette réforme, les mécanismes de l’effectivité des CIAC au travail durant leur première année de rodage 2012.

 

Il s’interroge sur l’avenir du type de bouleversement induit dans ce champ. En effet, la co-production de la sûreté publique n’avait jamais été reconnue si ouvertement comme assumée avec des acteurs économiques participant à la propre régulation de leurs activités.

 

Ce rapport aide à toucher du doigt toutes les implications empiriques de cette révolution à bas bruit à l’œuvre dans le domaine de la prévention collective des risques et des dangers.

 

 

TELECHARGER LA GENESE DU CNAPS

Par M. Ocqueteau
Directeur de recherches au CNRS

Partager cet article

commentaires

L'inconnu 13/06/2013 20:32


Ca doit être super gratifiant pour vous d'être cité comme ça...


 


C'est fort mérité en tous cas... félicitations!